Résistencialistes 5.0

Lancement d’un nouveau Webzone/journal-online

fait par les militant.e.s pour les militant.e.s

3 juillet 2020 à 22h00

 

LIGNE ÉDITORIALE 

Résistencialistes 5.0

“Je résiste. Résistencialiste. Je résiste à la longueur de mes dents, à la vie pour qu’elle finisse par se rendre à moi.” — Sony Labou Tansi 

AFRIKADAA sous sa version digitale devient — Résistencialistes 5.0. Ce webzone entend diffuser des stries, des pawols et des breaks (1) sur les actualités de nos arts contemporains et transnationaux. Rassemblant une multiplicité d’acteur·trice·s de différents paysages des arts contemporains, la revue en ligne continue, enrichit et élargit les activités de l’association AFRIKADAA, à savoir : défendre, accompagner et soutenir les rondes afro-diasporiques, africaines et afro-caribéennes, partager des yeux et des langues aux nouvelles figures noires qui émergent pour nous. Activiste et militante, la revue digitale Resistencialistes 5.0 propose et graphe des voies aux sans voix en accueillant ceuxcelles qui rumineront de nouvelles scriptions critiques. 

/ Nous doutons de l’utilisation parfois opportune de la critique car elle peut parfois servir à conserver et préserver. La (cri)tique devient « áwa » (2) une frappe /

La revue participe à écrire une nouvelle partition des zones de l’art et se loge non dans les périphéries ou les centres mais dans les coupes. Cette plateforme en ligne entend transmettre de nouvelles oikologies du discours et de formes d’art qui redistribuent les rôles. Pour cela, la plateforme fait la chronique d’évènements, d’expositions et partage des positions originales et nécessaires de nouveau·elle·x·s contributeurs·trices. 

/ AFRIKADAA n’attendra pas les « voyageurs-qui-ne-viendront-pas » mais produira des récits qui viendront pour tou·te·s. AFRIKADAA nommera jusqu’ à ce que la gueule démissionne. / 

Véritable laboratoire, la revue invite toutes les écritures zoneuses – celles qui zinglètent (3) –, tou·te·s les fellaghas (les la(r)mes qui ouvrent des chemins, non celles qui les ferment), toutes les analyses chambardées et les textes qui ont la face de la mutinerie dans les nuits d’avant un 22 mai. Plus de définitif, mais la cacophonie heureuse de récits appelant les ékrits (4) à venir craquer les paysages interdicteurs. 

Résistencialistes 5.0 est un laboratoire de mots qui questionnent et soignent les maux de la société d’aujourd’hui, de demain et du passé. — Avec du contenu fait part et pour les militant.e.s.

(1) « Pauses ». Nous pensons aussi à la culture du break (breakbeat, breakdance) dans le Hip-Hop.
(2) « Ici » en langue lingala.
(3) Du créole « zinglété », mot renvoyant à une démarche sautillante, vacillante, en zigzag.
(4) Mélange entre « écrit », « écrier » et « kriyé » qui signifie en créole appeler. 
(5) Sony Labou Tansi, de son vrai nom Marcel Sony, est à la fois dramaturge, romancier et poète congolais des deux Congo, né en 1947 au Congo belge (actuel Congo-Kinshasa) et mort au Congo-Brazzaville le 14 juin 1995.

*

English version 

EDITORIAL

Résistencialistes 5.0

“I resist. Résistencialiste. I resist to the length of my teeth, to life in order for it to surrender to me.”
— Sony Labou Tansi. 

AFRIKADAA magazine, in its digital version Résistencialistes 5.0, aims to disseminate streaks, pawols and breaks of our contemporary and transnational art news. Gathering a multiplicity of actors, from different contemporary art landscapes, the online magazine expands, enriches and broadens the activities of the association AFRIKADAA: to defend, accompany and support the afro-diasporic, african and afro-carribean circles, share eyes and languages with the new black figures emerging for us. The art(c)ivist and militant digital magazine Resistencialistes 5.0 proposes and draws paths for the ones without voices, greeting those who will ruminate new critical scripts. 

/ We are dubious towards the sometimes opportunistic use of critique as it can be used to hold and preserve. Scream-tique “áwa” (1) becomes a strike /

The magazine participates in writing a new partition for the art’s zones and inhabits the cuts, not the outskirts nor the centers. This online platform seeks to convey new oikologies of discourse and art forms redistributing roles. Thus, the platform publishes events and exhibitions’ chronicles and shares the necessary and original positions of new contributors. 

/ AFRIKADAA won’t wait for the “travellers-who-won’t-come” but will produce the narratives that will come for all. AFRIKADAA will name until the big mouth resigns. / 

True laboratory, the magazine invites all wandering writings — the ones zinglating (2) — all the fellaghas (the blades (3) opening routes, not the ones closing them), all the shattered analysis and texts showing the face of rebellion in the nights before a 22nd of May. No more definitive, but the happy cacophony of stories calling for ékrits (4) to come and crack the forbidding landscapes.

Résistencialistes 5.0 is a laboratory of words, words questioning and healing the ills of society today, tomorrow and in the past. — With works by and for militants. 

Notes : 
(1) “here” in Lingala.
(2) from Creole “zingleté”, a hopping, wobbly, zigzagging walk. 
(3) in French “les la(r)mes”, both “les larmes”, tears and “les lames”, blades. 
(4) mix of “écrit”, “écrier” and “kriyé” which means “to call” in Creole.
(5) Sony Labou Tansi (Marcel Sony): 1947-1995.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =