Yékri Yékra • la chronique radicale

Comme pour tous projets initiés par le collectif AFRIKADAA, l’espace radiophonique Yékri Yékra se veut tel un hub de recherche où oralité et réception auditive résonnent, questionnent et dialoguent en surpassant les limites diplomatiques. Haut-parlants des sans-voix, crieurs des silences. La voix, respirant et marronnant par ses vibrations, peut éclairer un regard enfermé dans sa pensée et dans sa prison sémantique. La mission est donc de donner la parole aux voix longtemps éclipsées, les faire résonner et trembler. Entre chroniques, pause musicale et performances, Yékri Yékra devient bande passante contée. Le collage sonore d’une radicalité artistique différée où la mémoire collective et l’archivage radical y sont réactivées !

Yékri Yékra • Tèt nèg

Yékri Yékra a oun projé di kolektif AFRIKADAA. Li chonjé atò a oun mayouri di lesprit ki ka pran kò andan oun radyo ki ka bail ounlo palò, kesyon épi dé ou trwa tòtòbyòtò. Ak sa, sa nou vlé sé jambé bordir-yan ka frennen nou driv. Oparlèr pou sé esclav-yan di silans. Antr kronik, lanmizik épi performans, Yékri Yékra ka divini oun kont ké so titim.

Pa şasé pli lwen oun konvwé kadansé ka sonnen konsa !

Yékri Yékra • the radical column

The Yékri Yékra radio space is intended to be a research lab where orality and auditory reception resonate, question and dialogue by surpassing diplomatic limits — as all projects initiated by AFRIKADAA. Speakers of the voiceless, shouters of silences. The voices that breathe can illuminate a look — locked in its thought and in a semantic prison. The mission is therefore to give voice to voices that have long been eclipsed, to make them resonate and quake.

Between chronicles, interludes and performances, Yékri Yékra becomes a [storytelling] tape. The sound collage of a deferred artistic radicality — the collective memory and the radical archiving are reactivated here!

Voici l’histoire des sans-voix contée par les griots du futur :

— Yékri Yékra de Jony Lerond
— Manifeste Révoltes silencieuses par Pascale Obolo et David Démétrius

— À ceux qui nous ont offensé par Alice Dubon
— Afrojazz Protest par Wilfried Nakeu

— Lecture de poèmes issus du recueil Pokoninon d’agneaupimenté par David Démétrius
[mes mythes, Aux Lauriers de Césaire, BotE, 3eme eye]

— Génération 1 et demie par Boulomsouk Svadphaiphane

— Lecture de poèmes issus du recueil de Raymond Charlotte par Paul-Aimé William
[A fleur a gout di san an ba soley a, Bombkapéte, Cayenne, Fanmtyenbe, Konspiration, La déambulation du monde, Liberté pour la Guyane, Mai 81, Pa monté ké ton pat chique, Une goutte de sang au soleil]

— Sé messie kriminèl pa ka joué par Jean-François Boclé
— Chants nocturnes pour les noires Amériques I par Jay [One] Ramier

— Djèli par Sarah Touré
— Chants nocturnes pour les noires Amériques II par Jay [One] Ramier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 3 =