IBRAHIM BALLO : DONNE LA PAROLE

Le 27 mars 2023 à 9h30

Par Etienne Taye

Au cœur du 17ème arrondissement, la galerie Carole Kvasnevski a exposé le travail de Ibrahim Ballo. Du vendredi 17 janvier jusqu’au samedi 25 février, ont été projetées sept de ses peintures, accompagnées d’une courte vidéo dans leur salle de projection au sous-sol.

Entre poésies et voyages, la peinture d’Ibrahim Ballo raconte des histoires, et plonge nos regards à travers le sien, à travers celui de ses protagonistes. Notre attention est happée et une errance s’ensuit. Tantôt teintée de lyrisme, construite par la chaleur des corps et déformée par l’étincelle de  nos histoires : les formes prennent vie comme elles prendraient feu. Le travail pictural présenté se veut manifeste de ces dernières années de recherche, il incorpore le tissage, technique et motif chers à l’artiste. Cette pratique lui vient des femmes de sa communauté, le peuple Sénoufo, pour qui la couture, et particulièrement le tissage du coton, sont au cœur de la réalisation de vêtements. Dans sa peinture, le tissu prend son importance à différents niveaux.

Ibrahim Ballo, Donnez-moi la parole, detail, 2022, 105 x 96,5 cm, acrylique, tissage et broderie de coton sur jeans, Galerie Carole Kvasnevski

Depuis plusieurs années il intègre du tissu, en petites boules cousues, en traits, en carreaux, en croix, le tissage est toujours présent et vient créer des motifs, couvrir, cacher, dévoiler. Ces incrustations dans sa peinture, sont autant d’hommages d’Ibrahim Ballo à son patrimoine culturel et historique. Sa peinture se veut être une partie dans le tout que sont les savoir-faire traditionnels du Mali. Ses systèmes de représentation s’inscrivent dans des traditions iconographiques et picturales qui exposent sous nos yeux un territoire à travers le temps, des rencontres entre tradition et modernité.

Ibrahim Ballo, Donnez-moi la parole, detail 2, 2022, 105 x 96,5 cm, acrylique, tissage et broderie de coton sur jeans, Galerie Carole Kvasnevski

Depuis 2019, les toiles intègrent le jean dans leur processus de création. Cette introduction de matière dans sa démarche vient ajouter une complexité supplémentaire, discutant toujours de l’histoire de son pays, cette fois ancrée dans un contexte international, mêlant migration, exploitation et domination. Au fur et à mesure de sa recherche, le travail de Ibrahim Ballo prend en épaisseur, le jean devient la toile support, et une nouvelle strate vient s’ajouter à la complexité du processus. Cette forme s’enrichit et se construit à la manière d’un palimpseste, un parchemin déjà utilisé, sur lequel on vient graver plusieurs fois, et qui porte en lui les souvenirs de tout ce qui a été dit, et qui offre la liberté de raconter tant encore.

Ces peintures discutent de ce qui est venu avant elles, et contemple les possibilités de tout ce qu’il pourrait advenir. Les strates qui composent les objets de l’artiste nous racontent différentes histoires, et plus elles se superposent plus l’histoire va loin. Et on voyage aussi loin qu’on peut se laisser transporter, aussi loin que les mémoires vont, aussi loin que l’espoir tend, aussi loin à faire le tour du monde. Le travail d’Ibrahim Ballo est témoin, de son temps, de son imbrication dans des dynamiques historiques, politiques et géographiques complexes, encore engagées.

Ibrahim Ballo, Considération, 2022, 125×100 cm , acrylique, tissage, et, broderie sur toile, Galerie Carole Kvasnevski

Au coeur et à la surface de ces palimpsestes, les protagonistes représentés invitent à un imaginaire plus intime. Dans Considération, on fait face à un duo de silhouettes qui exploitent deux systèmes de représentation souvent utilisés par le peintre dans ses formats : la réserve noire sur laquelle il vient tisser (à gauche), et la réserve noire sur laquelle il vient peindre un motif.

Ibrahim Ballo – Pensée jaune (2022) – 89 x 89 cm – acrylique, tissage et broderie sur Jeans – Galerie Carole Kvasnevski
Ibrahim Ballo – Regard ambitieux – détail – (2022) – 107 x 88,5 cm – acrylique, tissage et broderie de coton sur jeans – Galerie Carole Kvasnevski

Ces motifs aplanissent les corps, et les font remonter à la surface du tableau, les figures nous font face, soudainement prises au premier plan. Ces réserves et ces trames ajoutent en complexité aux différents systèmes de représentation de profondeur et de stratification déjà présents. Les corps semblent être des abîmes dans lesquels le regard plonge et vient donner vie. En utilisant, puis en mettant à mal les représentations traditionnelles de la profondeur dans l’espace de ses peintures, Ibrahim Ballo met en scène une échappée au regard occidentalocentré et sa construction, et par la même occasion, ses personnages viennent nous happer.

Cette toile, presque éponyme à l’exposition, résume bien le voyage du regard dans l’imaginaire du peintre. Ce format, comme la majorité de ceux exposés, nous met face à un personnage seul, isolé. Cet instant saisi et choisi se veut manifeste de la vie des protagonistes, une métonymie de leur vécu, défini par l’esseulement. Dans la vidéo qui accompagne les toiles, l’artiste dénonce les systèmes qui participent à la marginalisation, l’exclusion et les inégalités. Sa peinture nous invite donc à donner sens, offrir une voix et un son aux corps qui, silenciés et réduits, s’offrent comme des figures contemplatives et réflexives devant nous.

Ibrahim Ballo, Donnez-moi la parole, 2022, 105 x 965 cm, acrylique ,tissage, et broderie de coton sur jeans, Galerie Carole Kvasnevski

En acceptant l’invitation d’Ibrahim Ballo à prendre corps dans ses peintures, nous sommes renvoyé.e.s à nos conditions face à elles. Les toiles nous emmènent avec elles à la frontière de la marge et du centre. Et si l’on connaît cet esseulement, nous tournons alors le dos et faisons face à des imaginaires qui nous sont familiers. En cette mesure, le travail de Ibrahim Ballo ne permet pas de mensonge : il s’offre aux yeux et se dévoile aux regards qui connaissent ces solitudes et ces histoires, en restant silencieux aux regards qui ne savent pas leur donner sens.

Ibrahim Ballo est un jeune artiste né à Bamako en 1986, où il travaille et vit aujourd’hui. Il obtient son Master au Conservatoire Balla Fasseké Kouyaté en 2017, sous la direction d’Abdoulaye Konaté, dont il est l’élève. Cette exposition est une restitution de sa résidence au Couvent de la cômerie au centre Montévidéo, qui a eu lieu fin 2022 à Marseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =