AFRIKADAA 2 – “BLACK RENAISSANCE” (Digital)

5,00

Afrikadaa est un laboratoire de réflexions sur l’art contemporain, la théorie critique et la pratique des artistes. La thématique abordée dans ce deuxième numéro est Black Renaissance, en référence à l’Harlem renaissance un mouvement culturel né à Harlem qui a marqué de 1919 à 1930 l’une des périodes les plus riches de l’histoire culturelle américaine. De nombreux écrivains noirs francophones d’origine africaine issus des colonies et des Caraïbes vivant à Paris furent également influencés par le Harlem Renaissance, après avoir eux-mêmes contribué à l’essor de ce mouvement dès ses débuts.

Catégorie :

Afrikadaa est un laboratoire de réflexions sur l’art contemporain, la théorie critique et la pratique des artistes. 

La thématique abordée dans ce deuxième numéro est Black Renaissance, en référence à l’Harlem renaissance un mouvement culturel né à Harlem qui a marqué de 1919 à 1930 l’une des périodes les plus riches de l’histoire culturelle américaine. De nombreux écrivains noirs francophones d’origine africaine issus des colonies et des Caraïbes vivant à Paris furent également influencés par le Harlem Renaissance, après avoir eux-mêmes contribué à l’essor de ce mouvement dès ses débuts.

Le philosophe Alain Locke (1886-1954), considéré comme le père fondateur de l’ Harlem Renaissance a servi d’ énergie fédératrice et de prise de conscience culturelle raciale pour les artistes afro-américains. Il recommandait aux artistes noirs de s’inspirer de leurs racines africaines et de s’imprégner des objets d’arts africains afin de se libérer des codes et influences de l’art occidental. L’art était donc devenu pour les noirs en cette période un recours pour légitimer leur droit et leur présence dans la société américaine. Il a permis de redéfinir l’identité noire aux Etats-Unis, et a aussi servi de base pour la lutte des droits civiques.

Pourquoi avoir choisi de s’interroger sur la thématique : Black Renaissance, en cette période où toute la vie médiatique française est réglée sur les débuts de l’alternance présidentielle et les élections législatives? Car plus le travail artistique est contemporain plus il est peut-être important de s’en éloigner dans l’ histoire pour mieux comprendre les enjeux politiques et la place de l’ évolution artistique des diasporas dans la mondialisation.

La plupart des manifestations artistiques internationales (expositions , biennales , triennales…) proposées par des curateurs internationaux s’inspirent toujours de la mondialisation.

Les thèmes de l’insécurité et de l’immigration sont de retour dans le débat électoral; malgré l’ importante crise économique qui est loin d’ être résolue par nos politiques.

Comment une culture visuelle peut elle se constituer à partir d’expériences vécues sur le territoire français ? De quelle manière l’image de soi se construit-elle dans le regard de l’autre, dans un pays où un parti politique réputé extrémiste fait presque 20 % ?

L’Occident continue de se penser comme le centre du monde et l’inspirateur de la périphérie. Il n’examine pas assez le fait que l’identité dont il fait grand cas n’est plus une «identité-racine» pour reprendre un terme d’Édouard Glissant. 

Il est urgent de réhabiliter l’idée de reconstruction identitaire par l’art, ainsi que le propose Gilles Deleuze : « L’art, c’est ce qui résiste : il résiste à la mort, à la servitude, à l’infamie, à la honte. »

Pour résister artistiquement aux modèles, aux valeurs et règles de la pensée unique dominante, il faut déconstruire la pensée artistique telle quelle nous est présentée actuellement. Il nous appartient d’inventer de nouveaux dispositifs, de nouvelles formes, de recréer de nouveaux rapports esthétiques au monde face aux politiques qui encouragent les tensions et stigmatisent les différences en prétextant la crise mondiale. Comment recréer des valeurs en ces temps de chaos, de dérèglement régressif ?

par Pascale Obolo

Contributeurs : Shari Hammond, Carole Diop, Pascale Obolo, Farah Clementine Dramani-issifou, Gladys Okatakyie, Kémi Bassène, Frieda Ekotto, Sylvie Arnaud.

 

Titre :

AFRIKADAA 2 – "BLACK RENAISSANCE"

Date :

Juin 2011

Langue :

Français / Anglais

Pages :

70

Directrice de publication :

Obolo Pascale

Directeur artistique :

Jay one Ramier

Pour plus d'informations :

contact@africanartbookfair.com

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “AFRIKADAA 2 – “BLACK RENAISSANCE” (Digital)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 28 =